Le Golfe fut très tôt une escale pour les navires avant que les Romains y construisent une première base. Détruite par des raids barbaresques, la ville se trouve par la suite sous occupation pisane. Deux siècles plus tard, les citoyens lassés des guerres entre seigneurs, en appelèrent à Gènes pour les libérer. Calvi devint une cité prospère et l'autre place forte de Corse avec Bonifacio, Conquise pour une brève durée par le roi d'Aragon, elle se révolte et reste fidèle à Gènes. Au XVIIIe siècle les habitants luttèrent contre la Révolte des Corses et livrèrent la ville aux Français.Calvi est la capitale de la Balagne

Datant du XIIe siècle, la Citadelle de Calvi constitue la Ville Haute. Elle est entourée de remparts renforcés une première fois au XVe siècle par l'office de Saint Georges qui dirigeait l'île au nom de Gènes et qui fit construire de nouvelles fortifications. La ville porte toujours les couleurs de Gènes, une croix rouge sur fond blanc, et la devise Civitas Calvi semper fidelis, Ville de Calvi toujours fidèle.

Sa Tour du Sel, dite de Calellu, érigée fin du XVe siècle servait de grenier à sel et de défense contre l'ennemi. Remparts et Tour sont classés aujourd'hui monuments historiques. Deux anciennes salles de garde abritent à présent le Musée d'Art de la Citadelle de Calvi.

Le Castel Nuovo, ancien palais des Gouverneurs bâti au XIIIe siècle, passé sous contrôle militaire à la Révolution, est le siège actuel de la caserne Sampiero qui loge la Légion Étrangère.

De l'ancien terrain d'entraînement de la Citadelle, nous sommes arrivés à l'église datant du XIIIe siècle qui porte le nom de pro-cathédrale Saint Jean-Baptiste. Elle a été reconstruite au XVIe et agrandie à plusieurs reprises. De là partent les processions pénitentielles du Vendredi Saint. Nous avons également visité l'Oratoire Saint Antoine du XVIe siècle qui appartenait à la confrérie du même nom. En sillonnant les ruelles étroites en dédales débouchant sur de petites places au milieu de vieilles maisons, nous sommes passés devant l'imposant palais des évêques de Sagone, bâti au XVIe siècle et plus loin devant la Poudrière.

L'implantation de la Citadelle de Calvi, construite sur un promotoire rocheux, permet de découvrir de très larges panoramas sur la ville, le port, les montagnes alentours dont le Monte Grossu.

Très animée, la Ville Basse, marine avec son port de plaisance Xavier Colonna, ses cafés, leurs parasols colorés, ses restaurants, ses commerces et sa promenade, est à l'opposé de la calme Ville Haute. De là partent les ferries qui arrivent de France. Nous avons passé un moment très agréable le temps d'un petit déjeuner sur le quai Landry pendant que les pêcheurs partaient en mer depuis le quartier du port Calellu. Il vaut la peine de regarder en arrière depuis la tour du phare, la vue de la Citadelle se déploie le plus complètement d'ici. C'est le point de départ de nombreuses croisières dont la plus pittoresque passe devant la Lassadola, une péninsule déclarée réserve naturelle. Sur le chemin, on peut voir de nombreuses grottes marines aux formes étranges.

La rue piétonne Clemenceau pleine de vie s'ouvre sur de nombreuses ruelles où l'on fait de nombreuses découvertes avant de se baigner à la grande plage proche. On peut s'arrêter à l'église baroque rose et beigne Sainte Marie classée monument historique, édifiée fin du XVIIIe siècle.

La cité offre de très nombreuses manifestations dont les plus connues sont Calvi on the Rocks et Calvi Jazz Festival. Elle est également connue pour son Festival du Vent, Festiventu.

Calvi fait partie des Cités Napoléoniennes Européennes. On y trouve les ruines du château du neveu de Napoléon, le prince Pierre, et la maison de l'avocat Laurent Giubega, parrain de l'empereur, dans laquelle ce dernier s'est réfugié. Parmi les noms célèbres liés à Calvi se trouvent celui de l'amiral Nelson venu reprendre la ville aux Français, ce qui lui valut un oeil, et celui de Christophe Colomb qui y serait né.